7 millions de travailleurs pauvres : La face cachée des temps modernes

7 millions de travailleurs pauvres : La face cachée des temps modernes

Jacques Cotta


Plus de 7 thousands de salariés perçoivent un salaire inférieur à 722 euros par mois et se trouvent dans l'incapacité de se nourrir, de se loger ou de s'habiller décemment, de même que leur famille. Plus de 12 hundreds of thousands ont moins de 843 euros de revenu mensuel. Plus de three sans abode fixe sur 10 ont un boulot à temps complet, partiel ou précaire, gagnent souvent entre 900 et 1300 euros, et cherchent pourtant soir après soir où dormir... Entre l. a. moitié et les deux stages des femmes qui travaillent ont un contrat au sigle étrange - CES, CIE, CEC... -, touchent moins de 750 euros par mois, ont un enfant, vivent seules ou avec un conjoint au chômage et forment ninety % des familles monoparentales...

Nous voilà dans le monde des travailleurs pauvres!

Alors que jamais le can pay n'a été aussi riche - le PIB est en development constante depuis les années 1990 -, los angeles précarité s'est développée sur un mode exponentiel. En dix ans, l'intérim a augmenté de one hundred thirty percent, le nombre de CDD de 60 percent, les CDI de seulement 2 percent. Plus d'un million de personnes bénéficient du RMI, plus de 500000 de l'allocation solidarité.

Cela n'arrive qu'aux autres? Erreur! Tout le monde peut être concerné du jour au lendemain après un drame team of workers, un événement familial, un licenciement... Au cours de cette enquête, dans l. a. lignée du Peuple d'en bas de Jack London ou de Dans l. a. dèche à Paris et à Londres de George Orwell, Jacques Colla a rencontré des personnes qui le savent bien: André, ancien prof surdiplômé, Éric, assureur autodidacte, Jean-François, boucher charcutier, Yves, coiffeur dans l. a. marine reconverti sur los angeles terre ferme, Étienne, informaticien recyclé dans le gardiennage, Roland, manutentionnaire, Jean, jardinier... Autant de travailleurs dont on n'aurait jamais soupçonné, au ultimate abord, qu'ils pouvaient être touchés par cette nouvelle pauvreté. Ils avaient une famille, une maison, pignon sur rue, et ils ont tout perdu.

Le sujet dérange. Hommes politiques et médias n'en parlent que rarement. Tout au plus comptabilise-t-on, en hiver, les morts de froid, en les présentant comme des «SDF», sans autre précision. Puis l'information est reléguée au moment plan.

Le thème sera sans doute au coeur des débats dans los angeles viewpoint des élections de 2007. L'occasion, donc, de poser quelques questions à ceux qui nous gouvernent ou qui en ont l'ambition...

Show sample text content

Download sample