Mémoire d'Ulysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne

Mémoire d'Ulysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne

François Hartog


Au graduation, il y a Ulysse, celui qui a tout vu, jusqu'aux confins des confins. D'autres le suivent, se réclamant de lui, voyageurs effectifs ou fictifs, nous emmenant en Égypte, au cœur de l. a. Grèce, à Rome ou autour du monde. Jamais aucun ne s'intéresse vraiment aux sagesses étrangères, pour elles-mêmes, dans leur contexte, dans los angeles langue qui les expriment. Leur voyage est à l'image de l'Odyssée, dont Emmanuel Levinas disait qu'elle ne fut qu'un retour à l'île natale - une complaisance dans le Même, une méconnaissance de l'Autre.

Pourtant, ces voyages instillent le doute sur les accomplissements des Grecs, quand se découvre los angeles sagesse égyptienne, ou que triomphe Rome, maîtresse de l'univers. C'est que, première société au monde à décider que l. a. loi ne sera pas reçue des Dieux, mais élaborée par les hommes, los angeles cité grecque, en s'instituant, a inventé l'histoire. L'histoire qui mesure l'apport des Grecs à ceux des autres civilisations : en disant l'autre, en le visitant, les Grecs s'interrogent, s'affirment, se posent ou doutent d'eux-mêmes, tout en demeurant, jusque dans l. a. comparaison, les maîtres du jeu.

Ambassadeurs de certitudes ou colporteurs de doutes, les voyageurs, ces hommes-frontières, expriment toujours l'inquiétude d'une identité tremblée, avec, récurrente, l. a. query : qui sommes-nous, les Grecs ?

Show sample text content

Download sample